govoit

Browse By

La prime d’assurance auto doit-elle être individualisée ?

16 novembre 2010Les systèmes de géolocalisation disponibles sur le marché permettent de déterminer de façon précise la distance parcourue par un véhicule mais également, l’heure à laquelle le trajet a été effectué et l’infrastructure routière utilisée.

Par ailleurs, une cartographie des zones de risque reflétant le risque de survenue d’accidents mais également leur coût, peut être établie à partir des déclarations de sinistres.

En rapprochant ces deux types d’informations, il devient alors facile de déterminer, précisément, le niveau de risques auquel a été exposé l’usager lors de ses déplacements.

L’assurance automobile: un marché faussement compétitif

L’assurance auto est un marché mature où la clientèle captée par une compagnie se fait, quasi exclusivement, au détriment des autres acteurs du marché.

La marge de manœuvre des compagnies est étroite car toutes utilisent les mêmes sources d’information pour calculer les taux techniques qui servent de base à la détermination de leurs primes.

Aussi, pour conserver (voire augmenter) leurs parts de marché, les compagnies doivent faire preuve d’imagination pour soutenir leurs campagnes marketing.

Vers une segmentation du marché

Constatant que les femmes ont moins d’accidents que les hommes, certaines compagnies proposèrent des primes dépendantes du sexe de l’assuré mais, sur la base du principe de non discrimination, cette disposition a été contestée depuis le 21 décembre 2012 par décision de la Cour de justice de l’Union Européenne.

Observant que les jeunes conducteurs ont plus fréquemment des accidents, de nombreuses compagnies augmentèrent les primes pour ce segment de clientèle.

Malheureusement, les montants demandés deviennent souvent incompatibles avec les ressources des personnes concernées d’où, la part élevée (60% selon le rapport du Fonds de Garantie des Assurances obligatoires – FGAO) que représentent les 18-35 ans dans les conducteurs qui circulent sans assurance.

Pour récompenser les conducteurs sans accidents, des bonus ont été créés … et des malus pour sanctionner les conducteurs ayant des sinistres. Pour tenir compte de l’utilisation effective des véhicules, des compagnies d’assurances proposèrent des contrats où les primes dépendaient des kilomètres parcourus annuellement.

Aujourd’hui, certaines souhaitent recourir à des systèmes de géolocalisation pour proposer des polices où les primes seraient dépendantes, à la fois, de la distance parcourue par l’assuré et des zones de risque dans lesquelles les trajets sont effectués.

Cependant, un tel choix ne constitue-t-il pas un renoncement au principe même de l’assurance ?

Principe de fonctionnement de l’assurance

Le principe de l’assurance est basé sur un concept simple : la mutualisation des risques.

Elle consiste à transférer un risque individuel qui ne pourrait pas être supporté financièrement par une personne causant un sinistre (accident), sur un grand nombre d’autres personnes qui, ensemble, et grâce aux primes payées par chacune d’elles, pourront y faire face.

Ainsi, une forte personnalisation de la prime d’assurance s’oppose clairement à la nécessaire solidarité entre assurés ; principe de base de la mutualisation.

La géolocalisation des assurés est-elle pour autant inutile?

Comme nous l’avons rappelé au début de cet article, les systèmes de géolocalisation permettent de connaître précisément le trajet réalisé, l’heure à laquelle chaque déplacement est effectué et l’infrastructure routière utilisée.

Ils permettent ainsi de connaître les habitudes des assurés et les risques qu’ils encourent lorsqu’ils se déplacent.

Equiper les conducteurs de systèmes de géolocalisation peut permettre de réduire le nombre de sinistres et surtout leur gravité par exemple, et sans que la liste ci-après soit exhaustive, en attirant l’attention du conducteur lorsqu’il emprunte une zone risquée, en lui proposant des chemins ou des moyens de transport alternatifs pour ses déplacements, en l’informant régulièrement des fautes commises, en l’aidant à réduire son risque par exemple, par une formation de remise à niveau, en dépistant des problèmes de santé (altération de la vision, des réflexes, traitement médical inapproprié), etc..

Ainsi, dans la perspective de diminuer le coût des sinistres, les systèmes de géolocalisation ont un rôle fondamental à jouer dans le renforcement de la prévention.

Conclusion

  • La personnalisation de la prime d’assurance automobile contrevient clairement à la notion de mutualisation des risques, base de l’assurance.
  • La concurrence entre les compagnies d’assurance devrait donc porter sur la réduction des sinistres (en nombre et en gravité).
  • Elle passe par le renforcement de la prévention notamment, grâce à une information transmise de manière dynamique aux automobilistes, lorsque leur comportement est inapproprié.
  • Les systèmes de géolocalisation constituent un outil indispensable pour y parvenir.